lundi 13 août 2012

III. 11. PROGRESSION VERS UNIPODAL. Atelier 11

Stèle du Chasseur - Scopas 340 av JC-  Athènes
L'équilibre unipodal est le point d'inflexion entre le déséquilibre latéral et le déséquilibre médial. Le patient connait son arc de déséquilibre médial, il ignore tout du déséquilibre latéral qui le ferait chuter lourdement. Le patient ne va donc jamais jusqu'au point d'équilibre qui appartient déjà au déséquilibre latéral. Nous avons mis au point toute une progression pédagogique pour amener le patient à découvrir le déséquilibre  sur son côté déficitaire en appui. (Comme sur la stèle grecque d'Ilissos,  ci-contre) .
Ce travail commence avec l'intégration du "Récamier déficitaire" (voir plus haut Récamier)


 









La difficulté est de placer le centre de gravité (figuré par le fil à plomb) au-dessus du pied déficitaire

L'équilibre unipodal est le point de rupture entre le déséquilibre médial qu'il connait bien et le déséquilibre latéral qu'il ignore. 
à l'aplomb du pied
L'objectif de cet atelier est de familiariser le patient avec son déséquilibre latéral afin qu'il apprenne à échouer de ce côté.









- Unipodal droit: 5 appuis
(pied droit, pied gauche , main droite, main gauche et appui dorsal) 
Le patient est rassuré car son dos est appuyé, sa main droite plégique est moulée sur le barreau, sa main gauche valide tient le barreau à droite pour l'obliger à se mettre en charge, au début le pied gauche peut être laissé à gauche puis on le place à droite pour un mise en charge totale.

(Si le patient a une hémiplégie trop massive et ne parvient pas à assumer son poids, il faut alors lui envelopper le genou dans une attelle bivalve rigide. )



















                                   - Unipodal droit: 4 appuis 
                                      (le pied gauche est levé)



- Unipodal droit: 3 appuis



le patient a décollé le dos, il se tient sur le pied droit et à l'aide de ses deux membres supérieurs. (Le bras droit paralysé est posé sur une étagère.)

- déverrouillage du genou (10 pistons)




- monter 10 fois sur une chaise entre 35 et 45 cm.(en se tenant à 2 mains, même si elle est paralysée, elle est fixée sur le barreau.

- monter 10 fois sur la pointe du pied 
- monter 10 fois sur talon (décoller 10 fois la pointe du pied)
- sauter moins de 10 fois à cloche pied en avant en arrière sur un tapis de 1 cm.
- sauter 10 fois à cloche pied en avant en arrière sur un tapis de 1 cm.
- Unipodal: 2 appuis


le patient ne tient plus que par son pied droit hémiplégique et son membre supérieur hémiplégique. Il accepte ce qu'il refusait précédemment. il faut parfois plusieurs mois d'apprentissage avec des personnes qui souffrent d'héminégligence.
- le héron: tient 30'' avec deux appuis homolatéraux: bras ou main et pied.



- en héron , déverrouille 10 fois le genou (piston)
- monte 10 fois sur une caisse de 35 à 45 cm avec la main homolatérale.
- peut balancer 20 fois son membre inférieur en avant en arrière (en vérifiant que la cuisse pendulaire passe entièrement en arrière de la cuisse d'appui.)

- 10 mouvements de pendule: passer de la position bipodale à appui latéral épaule pied afin de familiariser la personne dans la découverte de l'arc de chute latéral et préparer les sirtakis avant et arrière.

idem à gauche.




- tenir 20'' bipodal croisé pied droit à gauche
- décroiser 10 fois le pied droit
- tenir 20'' bipodal croisé pied gauche à doite
- décroiser 10 fois le pied gauche
- pied canne: la main s'appuie sur une canne, l'appui est moins stable et requiert plus de précision sur la jambe porteuse.

- Abaisser progressivement le contre appui latéral de l'épaule, au bassin, puis à la cuisse et enfin à la jambe, afin que la personne accepte de rechercher l'équilibre unipodal dans l'arc de déséquilbre latéral.
Puis lui faire découvrir l'équilbre unipodal en la faisant passer de bipodal à contre appui épaule etc... (film ci-dessosu)





Rechercher dans ce blog

Qui sommes nous?

Nous sommes huit kinésithérapeutes bordelais, nous voulons promouvoir la rééducation neurologique en libéral. Francis Laurent.